Fenêtre EnR : Quels avantages en hiver ?

Fenêtre EnR : Quels avantages en hiver ?

  • Post category:Actualités

Inventée dans les années 1980 par Jacques Paziaud (thermicien, polytechnicien), la fenêtre EnR est développée et commercialisée par le Groupe Ridoret depuis bientôt 10 ans. Cette fenêtre innovante, qui utilise l’effet pariétodynamique pour limiter les déperditions de chaleur, suscite encore bien des interrogations quant à son fonctionnement et aux avantages qu’elle présente. Pour y voir plus clair, voici quelques éléments d’explication sur le fonctionnement de la fenêtre EnR en hiver.

Photo : Daniel Petitclair

Une conception innovante

L’ouvrant de la fenêtre EnR est composé de trois verres disposés en chicane, entre lesquels l’air circule de l’extérieur vers l’intérieur. La fenêtre EnR étant équipée de grilles de ventilation (comme une menuiserie classique), c’est le tirage de ventilation (VMC ou VNA*) qui permet la circulation de l’air à l’intérieur de l’ouvrant de la fenêtre. Lorsque l’air entre en contact avec les parois vitrées, un transfert d’énergie s’opère, de la même façon que pour un échangeur thermique à plaque.

Rémy Greffet, chargé de recherche et développement pour le Groupe Ridoret est l’auteur d’une thèse sur la fenêtre pariétodynamique. Photo : Mickael Lardeux

Fonctionnement de la fenêtre EnR en hiver, la nuit

Le schéma ci-contre montre les températures obtenues pour une nuit d’hiver (0 °C à l’extérieur et 20 °C à l’intérieur). Ainsi, l’air soufflé est préchauffé à 8,5 °C avant d’entrer dans le bâtiment. Avec une menuiserie classique, la température de l’air serait de 0 °C. Rémy Greffet (docteur en énergétique et thermique et chargé de recherche et développement pour le Groupe Ridoret) explique : « En observant plus précisément les températures, dans la première lame d’air côté extérieur, l’air se réchauffe peu du fait qu’il est en contact avec des verres relativement froids (0,3 °C et 2,9°C). En revanche, l’air se réchauffe plus dans la deuxième lame d’air, l’air étant en contact avec le verre intérieur qui est à 12,2 °C en moyenne. On remarque que le verre extérieur a une température proche de celle de l’air extérieur (0,3 °C). Cela est dû à la circulation de l’air neuf qui récupère la chaleur des verres, limitant ainsi la perte de chaleur. Le coefficient de transfert thermique (Uw) de la fenêtre peut être inférieur à 0,5 W/(m². K).»

Fonctionnement de la fenêtre EnR en hiver, le jour

Le jour, les verres s’échauffent sous l’effet du rayonnement solaire (voir schéma ci-contre). Ceci est visible en particulier sur le verre central (15,5 °C) et sur le verre intérieur (20,3 °C) qui sont munis d’une couche faible émissivité à leur surface. Ces couches, présentes également sur des vitrages classiques, permettent de réduire la transmission de chaleur vers l’extérieur. En contrepartie, elles absorbent une partie du rayonnement solaire.

Selon Rémy Greffet : « Pour un vitrage classique, ceci génère une perte d’apports solaires, car une grande partie de l’énergie solaire absorbée repart vers l’extérieur. En revanche, pour un vitrage pariétodynamique, l’air circulant entre les verres récupère la chaleur des verres. Ceci permet à la fenêtre EnR d’avoir un facteur solaire élevé, supérieur à celui d’un double vitrage classique. La circulation de l’air permet aussi, comme c’est le cas la nuit, de récupérer les déperditions thermiques de la fenêtre. Enfin, notons que la récupération de chaleur se fait aussi sur le cadre de la fenêtre, même si cela est moins visible que sur le vitrage.»

 

En résumé, en hiver, la fenêtre EnR permet de récupérer en grande partie la déperdition d’énergie qui s’effectue au travers des fenêtres. Par rapport à une menuiserie classique, la fenêtre EnR permet également d’augmenter les apports solaires. À la clé, d’importantes économies d’énergie. La fenêtre EnR est compatible avec les systèmes de ventilation simple flux et son installation est pertinente quelle que soit son orientation. La récupération de chaleur se fait avec ou sans rayonnement solaire, de jour comme de nuit !

*VMC : Ventilation Mécanique Contrôlée et VNA : Ventilation Naturelle Assistée

Photos : Daniel Petitclair, Mickael Lardeux